Météo en Martinique
Relevé Fort de France

Le 18-11-2017 à 20:30
Pleine-lune et nuages
Température: 26°C
Ressenti : 27°C
Vent : 1 km/h
Direction : N/D
Humidité : 89%
Pression : 1010 mbar
Pression : tendance texte
Point de rosée : 23°C
Visibilité : 9 km

sa:18-11 Inconnu  26/ 23°C
di:19-11 Soleil et nuages épars  31/ 23°C
lu:20-11 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
ma:21-11 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
me:22-11 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
je:23-11 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
ve:24-11 Soleil et nuages épars  30/ 23°C



Dernier ajout : 19 novembre
Votre IP : 54.162.139.105
Textes____:
Conception:
Site développé sous SPIP

Réfrigération marine

Accueil du site > En pratique > Sécurité température

Rubrique : En pratique

__________________________________________________________________________________________________________________

Sécurité températureVersion imprimable de cet article

Les conséquences de la panne de refroidissement :

JPEG - 142.6 ko
Thermostat 60°C

Sur nos bateaux de plaisance équipés d’un groupe frigorifique refroidi à l’eau de mer, le problème survient lorsque la pompe de circulation est en panne, ou le filtre bouché... ou la vanne oubliée fermée... ou le condenseur hors coque à sec le bateau étant hors de l’eau lors d’un échouage à la marée... ou à terre pour un carénage. Le groupe frigorifique peut alors souffrir par manque d’eau pour deux raisons :

  • Sans refroidissement la pression monte et l’intensité absorbée avec, qui peut dépasser le maximum autorisé.
  • A partir d’une certaine température dite critique, par exemple environ 100°C pour le R134a, le réfrigérant se dénature, autrement dit change d’état et le système ne fonctionne plus correctement.

Ce dernier phénomène semble peu connu de nombre de professionnels qui constatent des pressions normales, des intensités absorbées également normales et pourtant ça fonctionne mal ! Il suffit pourtant de s’intéresser à l’odeur du réfrigérant... et ça ne trompe pas !

La réparation est simple : cela consiste à extraire le réfrigérant dénaturé pour l’envoyer au recyclage ou à la destruction, suivi d’un tirage au vide et d’une charge en réfrigérant neuf, sans oublier le remplacement du filtre/déshydrateur suivant la nature du réfrigérant.

JPEG - 85.8 ko

La prévention de la panne de refroidissement :

Pour éviter ce risque de panne, les grosses installations frigorifiques sont toujours dotées de pressostats de sécurité qui coupent l’alimentation du compresseur si les pressions sortent des maximums et minimums admis, ce qui est une sécurité quasi infaillible... Le problème qui nous intéresse est qu’il n’est pas facile d’installer un pressostat de sécurité haute pression pour de petits groupes frigorifiques 12/24 volts pour bateaux : il faut en effet ouvrir le circuit pour l’installer, ce qui est un travail de pro... parfait en pratique mais onéreux.

Il existe une solution très simple et peu onéreuse, qui ne nécessite pas l’intervention d’un pro car il ne s’agit que d’une adaptation électrique à la portée de n’importe quel amateur soigneux.

  • Le principe : en cas de manque de refroidissement il n’y a pas que la pression qui augmente mais également la température... et il suffit en effet d’avoir un contrôle sur celle-ci pour éviter tout problème.
  • La solution pour nos bateaux de plaisance consiste à installer un simple thermostat bilame calibré à 60°C à la sortie du condenseur et électriquement en série avec le thermostat qui gère la température de l’évaporateur. En cas de surchauffe, celui-ci va arrêter le compresseur bien avant que le réfrigérant n’atteigne une température critique, protégeant ainsi le groupe de manière automatique sans limites dans le temps !
  • A l’usage, le groupe privé de refroidissement va s’arrêter à 60°C à la sortie du condenseur, redémarrer à 45°C pour s’arrêter à nouveau à 60°C au bout de quelques minutes, avec certes un rendement calamiteux mais sans le moindre danger pour l’installation.

Budget pour le matériel à investir entre le thermostat de sécurité, les cosses et les fils : dix à vingt euros plus la main d’œuvre estimée entre dix minutes et une heure... suivant l’accès au groupe.

Le thermostat de sécurité est du type "NF" (contact normalement fermé) à ouverture à 60°C et fermeture à 45°C. On doit le trouver par exemple chez Radiospares, Conrad, etc.