Météo en Martinique
Relevé Fort de France

Le 13-12-2017 à 02:30
Pleine-lune et nuages épars
Température: 21°C
Ressenti : 21°C
Vent : 8 km/h
Direction : est sud-est
Humidité : 94%
Pression : 1013 mbar
Pression : tendance texte
Point de rosée : 20°C
Visibilité : 9 km

me:13-12 Soleil et nuages épars  30/ 22°C
je:14-12 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
ve:15-12 Soleil et nuages épars  28/ 23°C
sa:16-12 Pluie  28/ 23°C
di:17-12 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
lu:18-12 Soleil et nuages épars  29/ 23°C
ma:19-12 Soleil et nuages épars  29/ 23°C



Dernier ajout : 13 décembre
Votre IP : 54.234.255.29
Textes____:
Conception:
Site développé sous SPIP

Réfrigération marine

Accueil du site > En pratique > Réfrigérants

Rubrique : En pratique

__________________________________________________________________________________________________________________

RéfrigérantsVersion imprimable de cet article

Un peu d’histoire :

Les réfrigérants utilisés aujourd’hui sont nombreux, entre les anciens, les intermédiaires et les nouveaux.

Nous n’allons parler ici que de ceux utilisés à bord de nos bateaux, il y en a suffisamment pour s’y perdre sans s’occuper de la totalité d’entre eux…

On ne va pas s’occuper non plus des formules chimiques, dont certains se délectent à nous abreuver pour paraître sérieux et savants, mais d’aucune utilité dans la pratique. Ceci n’est pas un cours, juste de l’information… Pour les chimistes amateurs, il y a des sites spécialisés…

Au bon vieux temps, les frigoristes travaillant dans la marine de plaisance ne se trimballaient que trois bonbonnes : le R12 pour les frigos, le R502 pour les gros groupes frigorifiques à bord des plus grands bateaux, et le R22 pour la climatisation.

Aujourd’hui, ils ont tous ajouté un crochet à leur véhicule pour caser dans la remorque tous les différents réfrigérants existants ! J’exagère à peine…

Pourquoi avoir changé la nature de ces réfrigérants très performants ? L’argument officiel serait la protection de la couche d’ozone. On se retrouve avec des produits sensés ne plus faire de trous dans celle-ci, mais un peu moins performants pour certains, ce qui oblige à augmenter la puissance des compresseurs qui, de ce fait, consomment indirectement plus de pétrole. Mais il est notoire que le pétrole ne pollue pas…

Des études sont en cours pour trouver des solutions vraiment inoffensives pour l’environnement, mais cela semble être loin d’être facile à mettre en œuvre… On attend…

Pour mémoire, les CFC’s ne servaient pas qu’à la réfrigération, plus de 70 % étaient utilisés comme gaz propulseur dans les aérosols. Pour ceux-là, on a utilisé un temps du butane, quelques victimes survivantes s’en souviendront pour le reste de leurs jours… ces accidents prouvent qu’il faut toujours lire les étiquettes et autres notices…

Une autre utilisation a été les "Halons" pour les extincteurs automatiques ou manuels dans les chambres de machines à bord des bateaux. Remplacés depuis par des systèmes au CO2.

On en a utilisé également pour l’expansion des mousses d’isolation, et j’imagine que quelques collègues ont dû, tout comme moi, s’énerver lors de recherche de fuites dans les glacières… dont certaines vieilles de vingt ans font encore couiner nos supers détecteurs de fuites électroniques modernes dont les plus performants sont capables de "renifler" une fuite d’un ou deux grammes par an ! Bon, assez râlé, allons dans le sujet…

Donc, au bon vieux temps était le fameux CFC "R12", communément appelé Fréon 12.

Bon, là je vais râler encore un peu : "Fréon" est une marque déposée par son inventeur et principal fabricant, et c’est devenu un nom commun tout comme "Frigidaire" pour les réfrigérateurs, ou "Klaxon" pour les avertisseurs de nos autos. Alors lorsque je vois des frigos commercialisés avec une étiquette bien entendu de couleur verte mentionnant "sans Fréon", je vois rouge ! Loin de moi l’idée de défendre l’industrie mais rendons à César ce qui appartient à César… Et qu’on arrête de prendre les gens pour des imbéciles !

Reprenons. Il y a donc les CFC’s, interdits depuis bientôt vingt ans. Les HCFC’s, fluides dits de transition et en cours d’interdiction. Et enfin les HFC’s, autorisés jusqu’à nouvel ordre. (on pourra toujours rallonger la remorque…)

(Suggestion : avant de lire la suite, faites une pause, pour absorber un cachet d’aspirine à titre préventif…)

Les types de réfrigérants :

Que signifient donc ces lettres ? Simplement : "H"= hydrogène, "C"= chlore, "F"= fluor, "C"= carbone. Et c’est le chlore qui fâche.

Le R12 (CFC) a été remplacé par le R134a (HFC) dans les nouvelles installations. Pour permettre de garder légalement les anciennes installations au R12, dont certaines sont indestructibles, (dommage de les jeter…) l’industrie a mis au point plusieurs réfrigérants dont le R401A, le R406A, le R409A et, qui sont des HCFC. Il est recommandé de remplacer l’huile de lubrification. Ces réfrigérants sont considérés comme moyennement performants.

Après le R413A devenu introuvable, le meilleur produit actuel est le R426A (HFC) aussi bon que le R12. Ce réfrigérant est un "drop-in", il n’est pas nécessaire de remplacer l’huile de lubrification, et il est rare d’être obligé de retoucher le réglage des détendeurs. Attention : c’est un mélange de trois fluides n’ayant pas la même densité, il faut donc procéder aux charges uniquement en phase liquide, et en cas de perte d’une partie de la charge suite à une fuite, il est préférable de refaire la charge complète pour un fonctionnement optimum.

Le R502 (CFC) a été remplacé par le R404A (HFC), plus rarement le R507 (HFC) aux performances moyennes et il est également nécessaire de remplacer l’huile. Il y a eu le R402A, le R408A nécessitant également le remplacement de l’huile, mais ce sont des HCFC’s. Il existe des "drop-in", le R403B et le R422A pas besoin de changer d’huile. Tous ces produits sont des mélanges. (charge en phase liquide). Le fluide actuel est le R428A.

Le R22 (HCFC) a été remplacé par le R407C (HFC) ou le R422D (HFC), changement de l’huile obligatoire. Il existe un "drop-in" plus performant, le R417a, (HFC) ne nécessitant pas le remplacement de l’huile, mais cher. Tous sont à utiliser en phase liquide. Les fluides actuels sont le R424A pour les systèmes à capillaire, et le R434A pour ceux à détendeurs réglables.

Le cas particulier du R12A qui pourrait être utilisé sur les bateaux de plaisance :

Attention : Il existe sur le marché un nouveau réfrigérant, le R12A, diffusé sous deux ou trois marques et sensé remplacer le R12 comme le R134a, et qui vu sa composition (butane/propane) évite d’être soumit aux diverses réglementations imposées aux professionnels du froid pour s’en procurer.

Il est vrai que ce réfrigérant est tout à fait utilisable, qu’il est d’un bon rendement (néanmoins et contrairement au discours promotionnels pas autant qu’annoncé par les fabricants ni par les témoignages fantaisistes d’utilisateurs...) mais le vrai et incontournable problème est qu’il est extrêmement inflammable, ce qui le rend dangereux à l’utilisation en cas de fuite.

La différence entre un collectionneur de voitures anciennes qui remet en état sa climatisation au R12 à moindre frais sans avoir besoin de faire appel à un professionnel qui certes lui coutera plus cher en utilisant des fluides de sécurité et un plaisancier au milieu de nul part, est que le premier en cas d’incendie n’aura qu’à s’arrêter au bord de la route pour appeler les pompiers avec son téléphone mobile, tandis que le second ne pourra peut-être qu’embarquer dans sa survie en déclenchant sa balise de détresse en espérant qu’elle fonctionne...

Si votre installateur vous conseille d’utiliser le R12A à la place du R12 sur votre bateau, demandez lui de noter ce point par écrit sur le devis ou la facture. En cas d’incendie à bord du à une fuite de votre installation frigorifique, la responsabilité du professionnel ayant remplacé sur votre bateau du R12 par du R12A pourra éventuellement être engagée !

Le cas des frigos en 230V

Si vous voulez mettre à bord de votre bateau un frigo 230 volts fonctionnant avec un convertisseur, attention : il en existe qui fonctionnent au R600. Cela fonctionne très bien, c’est très écologique, mais le R600, c’est de l’isobutane. En cas de fuite : danger ! Il sera plus prudent et plus intéressant pour le rendement, de remplacer le compresseur 230 volts d’origine par un modèle 12/24 volts comme l’un des Danfoss série BDF fonctionnant au R134a, certes moins écologique, mais ininflammable.

En ce qui concerne l’usage du R600, il faut être bien naïf pour croire une seule seconde à des motivations écologiques de la part des fabricants… même s’il est indéniable que ce fluide est de loin moins dangereux pour l’environnement. En fait, il est surtout beaucoup moins cher…

Le cas des frigos à absorption :

Mais si nous parlons de systèmes potentiellement dangereux, il en existe de très populaires à bord de nos voiliers : les frigos à absorption. Le fluide réfrigérant contient du R717 (ammoniac) très toxique, fonctionne au butane, très explosif, et produit du gaz carbonique, pas vraiment bon pour la santé… C’est pour cela qu’aucun professionnel en réfrigération marine ayant un minimum de bon sens ne vendra ce type de matériel pour un bateau, car jamais son assurance responsabilité civile ne le couvrira en cas de pépin…

En conclusion ....

Puisque l’on parle des professionnels, exigez toujours que ceux-ci mettent une étiquette bien visible sur votre système de réfrigération, indiquant la nature et la référence du réfrigérant utilisé. Cela fera gagner du temps au technicien suivant, donc de l’argent à vous… car s’il est facile pour un professionnel de faire un test pour savoir si le système fonctionne avec un HFC ou non, il est (à ma connaissance) impossible de déterminer la nature exacte du réfrigérant sans le concours d’un laboratoire.

Quel que soit le produit utilisé dans une installation, si elle est bien conçue et réalisée dans les règles de l’art, il n’y n’aura aucun impact sur l’environnement, (à part la consommation d’énergie…) mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas… L’éternel problème est l’utilisation de raccords rapides pour les groupes vendus pour être montés sans compétence particulière. Les joints de ces raccords ont une durée de vie limitée par leur nature. Ce type de matériel est utilisé aussi bien par les particuliers que par les chantiers, avec l’unique préoccupation d’économiser les services d’un professionnel. Plus grave : certains professionnels utilisent ce type de matériel par facilité, tout en sachant que le client reviendra tôt ou tard pour dépannage… rente garantie !

Il n’est (à ce jour) absolument pas interdit de posséder une installation fonctionnant avec par exemple du R12. Ce qui est illégal, c’est de recharger cette installation avec ce réfrigérant, suite à une panne ou à une fuite.

Une installation fonctionnant avec un CFC et qui ne fuit pas, sera bien moins nocive pour l’environnement qu’un équipement moderne et aux normes ayant un mauvais rendement. Bien entendu, cet avis n’engage que ma conviction personnelle…

Une dernière pour la route ? Les CFC’s sont toujours autorisés et fabriqués dans certains pays en voie de développement !

Mal au crâne ? Désolé ! Et encore, je n’ai pas parlé des produits utilisés outre Atlantique…