Météo en Martinique
Relevé Fort de France

Le 19-10-2017 à 18:30
Nuages
Température: 27°C
Ressenti : 31°C
Vent : 19 km/h
Direction : est
Humidité : 74%
Pression : 1013 mbar
Pression : tendance texte
Point de rosée : 22°C
Visibilité : 9 km

je:19-10 Inconnu  30/ 24°C
ve:20-10 Soleil et nuages épars  30/ 24°C
sa:21-10 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
di:22-10 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
lu:23-10 Pluie  30/ 23°C
ma:24-10 Pluie  29/ 23°C
me:25-10 Pluie  29/ 24°C



Dernier ajout : 20 octobre
Votre IP : 54.80.137.168
Textes____:
Conception:
Site développé sous SPIP

Réfrigération marine

Accueil du site > En pratique > Anecdotes

Rubrique : En pratique

__________________________________________________________________________________________________________________

AnecdotesVersion imprimable de cet article

Ce qui suit relate des histoires parfaitement authentiques, vécues ces quelques dernières années. Je ne dois pas être le seul technicien à en avoir vécues de telles. Je vous livre dans cette page mes préférées.

RECYCLAGE

Un client se plaint de trouver le filtre à eau du circuit d’eau de refroidissement de son frigo très souvent bouché. Normal : l’installateur a piqué l’eau sur la vanne d’un des toilettes, et comme la plupart des chantiers prennent un malin plaisir à installer cette vanne à quinze centimètres de l’évacuation…

CROISEMENT

Un bateau neuf comportant deux groupes 230 volts pour évaporateurs à accumulation, avec chacun sa pompe eau de mer souffrait d’une panne intermittente : de temps en temps, l’un ou l’autre groupe se mettait en sécurité haute pression sans raison apparente. Cette sécurité se déclenche généralement à cause d’un manque d’eau de refroidissement. Après vérification des filtres et des pompes, rien d’anormal. J’ai mis un bon moment à en trouver la cause : le groupe N°1 pilotait la pompe du groupe N°2, et inversement ! Dès que l’un des groupes s’arrêtait à sa température de consigne, il mettait l’autre en panne. Comme il faut plusieurs heures à ce genre de système pour atteindre la température de consigne, je ne restais jamais assez longtemps sur place pour le constat de flagrant délit… Si l’on avait mit un seul groupe en route, on aurait tout de suite vu le problème !

TROP LONG

Un client rapporte un thermostat au shipchandler où il l’avait acheté la veille, se plaignant qu’il ne fonctionne pas. Le vendeur demande au client ce qu’il s’est passé avec la sonde. Réponse : elle était trop longue, alors je l’ai coupée !

COURT CIRCUIT

Encore une histoire de thermostat : un client me rapporte un thermostat acheté le matin même, se plaignant qu’il ne régule pas. Je lui pose les questions classiques du genre "avez-vous bien mis la sonde au bon endroit", tout en examinant de près ledit thermostat. Ceux-ci sont équipés de bornes de connexions en forme de languettes acceptant les cosses "Fast-On". Elles sont en laiton, et il y en a deux de plus en tôle galvanisée faisant partie du corps du thermostat, qui servent à brancher la terre en utilisation 230 volts. Les cosses Fast-On laissent des marques, et il n’y en avait que sur les bornes de terre…

LA TOTALE

Un beau voilier tout neuf de 18 mètres sortant d’un grand chantier français m’appelle pour des soucis de réfrigération et de climatisation. Cela fait quelques années, mais j’en rigole encore. Une telle accumulation d’erreurs ne peut être que l’œuvre d’un ingénieur des hautes écoles du quatorzième étage n’ayant jamais mis les pieds sur un bateau. J’explique : entre les clims et les frigos, il y avait pas moins de six pompes électriques du type centrifuge. Avec un passe coque de rejet pour chacune. Ce gars là a dû penser que tous les autres chantiers étaient stupides de monter les rejets au ras de la flottaison, et les a fait installer au ras du liston ! Vous imaginez la hauteur du liston sur un 18 m ? Conséquences : le bruit de l’eau qui tombe d’une telle hauteur, les traces d’eau de mer sur la belle coque blanche, ça occupe l’équipage. Mais le gros souci était le débit des pompes, pas du tout conçues pour pomper si haut, divisé quasiment par deux ce qui expliquait les problèmes des systèmes. Il y avait même une cerise sur le gâteau : les passe coques de sortie étaient en fait de magnifiques évents chromés de réservoirs à carburants, munis de l’obligatoire grille pare feu ! Histoire de filtrer l’eau de rejet…

CHAUFFEZ LE CONDENSEUR !

Ce magnifique voilier de 25 mètres tout neuf, équipé de superbes armoires frigorifiques à froid ventilé, souffrait d’une panne bizarre : les systèmes frigorifiques, équipés de compresseurs 230 volts pouvaient fonctionner sur l’alimentation du quai, celle du groupe électrogène, ou celle délivrée par un gros convertisseur. Cela fonctionnait parfaitement dans tous les modes sauf dans un cas précis : avec le groupe électrogène au mouillage et de manière aléatoire. En navigation, pas de problème. Je suis resté perplexe un bon moment devant ce cas inédit, vérifiant les tensions, la fréquence, les pressions, etc. Les condenseurs étaient du type "keelcooling", constitués de longues épingles repliées sur elles-mêmes. Nettement sous dimensionnées comme trop souvent, mais ce n’était pas l’explication. La panne venait bien du groupe électrogène, mais de manière indirecte : celui-ci était équipé d’un système d’échappement séparant l’eau des gaz d’échappement à la sortie. Les gaz sont évacués au dessus de l’eau, et l’eau de refroidissement sous la flottaison. Cette technique permet un fonctionnement beaucoup plus silencieux et agréable pour tout le monde. Pas de chance ou mauvaise coordination des différents corps de métiers au chantier, la sortie d’eau chaude était juste au dessus des condenseurs ! Cela n’a pas du tout fait rire le propriétaire !

MAUVAIS ENTRETIEN

Les clients d’un bateau de location se plaignent auprès du loueur du mauvais entretien du bateau : le frigo ne fonctionne pas, et la pompe de cale tournait sans arrêt, alors qu’il n’y a pas d’eau dans les fonds. "Heureusement que l’on connaît bien les bateaux, on a débranché la pompe pour éviter qu’elle ne grille, mais on n’a rien pu faire pour le frigo" ! Le loueur demande à voir la pompe, c’était celle du frigo… Il a fait croire aux clients que celui-ci était cassé pour avoir tourné sans eau, et après les avoir fait mariner une demi-heure, leur a dit que par chance les sécurités du frigo ont fonctionné…

EDUCATION ?

Je suis probablement un dinosaure, mais le client qui est venu me consulter ce jour là m’a vraiment choqué ! Il m’appelle pour son frigo en panne, et m’explique que ne pouvant plus refermer la porte pour cause d’excès de givre... il a dégivré à l’aide d’un outil pointu... (!) la suite m’a laissé sans voix... J’explique au client que l’évaporateur qu’il a crevé est d’une fabrication spéciale sur mesure pour ce constructeur, et lui propose deux solutions :
-  Remplacer l’évaporateur par un modèle proche mais moins esthétique...
-  Ou réparer l’évaporateur d’origine (je sais souder l’alu... et il n’y avait qu’un seul petit trou.) Et là, le type me dit que ce n’est pas son bateau, que c’est un ami qui le lui a prêté... et qu’il ne veut pas faire de frais !

J’ai considéré que ce comportement méritait une leçon de savoir vivre :
-  J’ai donc expliqué à cet indélicat que pour réduire les frais au maximum il suffisait qu’il se charge de la partie "chiante" de la manœuvre, a savoir démonter l’ensemble groupe et évaporateur, de me l’amener à l’atelier pour réparation et recharge, et de remonter l’ensemble à son bord.
-  Le type ravi accepte...
-  Revient me voir quelques heures plus tard disant qu’il n’arrive pas à sortir l’évaporateur...

Étant parfois distrait j’ai "oublié" de lui préciser que sur son bateau en particulier il est absolument impossible de démonter l’évaporateur sans couper les tubulures, et d’installer un évaporateur neuf en créant un nouveau passage...

J’ai conseillé d’insister en tirant très fort... Et plus revu ce type !