Météo en Martinique
Relevé Fort de France

Le 13-12-2017 à 02:30
Pleine-lune et nuages épars
Température: 21°C
Ressenti : 21°C
Vent : 8 km/h
Direction : est sud-est
Humidité : 94%
Pression : 1013 mbar
Pression : tendance texte
Point de rosée : 20°C
Visibilité : 9 km

me:13-12 Soleil et nuages épars  30/ 22°C
je:14-12 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
ve:15-12 Soleil et nuages épars  28/ 23°C
sa:16-12 Pluie  28/ 23°C
di:17-12 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
lu:18-12 Soleil et nuages épars  29/ 23°C
ma:19-12 Soleil et nuages épars  29/ 23°C



Dernier ajout : 13 décembre
Votre IP : 54.234.255.29
Textes____:
Conception:
Site développé sous SPIP

Réfrigération marine

Accueil du site > En pratique > Entretien condenseurs

Rubrique : En pratique

__________________________________________________________________________________________________________________

Entretien condenseursVersion imprimable de cet article

Condenseurs à air :

Condenseurs statiques : Ces condenseurs sont généralement en acier peints, et en atmosphère marine ils ont tendance à rouiller. Avant de les repeindre, il est conseillé de décaper l’ancienne peinture, car plusieurs couches vont thermiquement isoler, ce qui est mauvais pour le rendement.

Condenseurs à air forcé : Il en existe de deux sortes, ceux de bas de gamme en acier, même remarques et même traitement que pour les condenseurs précédents.

Les autres sont en tubes de cuivre munis d’ailettes en aluminium très fines et donc très fragiles.

La poussière et éventuellement les poils de nos mascottes finissent par obstruer le condenseur, il faut le nettoyer.

Le plus facile est d’utiliser un aspirateur muni d’une brosse, mais s’il est trop sale, il faudra s’aider d’air comprimé. Si les ailettes sont tordues, il faudra les redresser. Les pros utilisent des "peignes" conçus pour cet usage, sans cet outil c’est juste une affaire de patience.

Examiner l’état de surface des pales du ventilateur. Si elles sont sales, le rendement sera considérablement diminué, tout comme une hélice de bateau couverte de coquillage va faire bouger l’eau sans le faire avancer.

Condenseurs à circulation d’eau :

En général ces condenseurs sont fabriqués en cupronickel, qui est un alliage naturellement "antifouling", mais les coquillages surtout tropicaux, sans doute mal informés de ce fait, arrivent parfois à proliférer dans les tubulures.

Il y a normalement un filtre à l’arrivée d’eau de mer, mais le maillage de ces filtres laisse passer les microscopiques larves qui vont grandir plus loin dans le circuit. Il n’est pas question d’utiliser des filtres plus fins, ce serait trop onéreux à l’usage.

Un autre problème, de conception pour celui-ci, est le sous dimensionnement du condenseur ou de l’épaisseur du tube, avec un échauffement local qui va fixer les sels et le calcaire de l’eau sur les parois du tube, l’isolant de plus en plus. Il ne reste plus qu’à nettoyer le circuit, ce qui n’est pas compliqué, et qui peut se faire de deux manières : en préventif, ou en curatif.

Le moins cher est évidemment le préventif, comme pour tous les organes du bateau. Dans ce cas précis, il suffit de faire "boire" un litre de vinaigre au circuit en fin de saison, de la manière suivante : fermer la vanne d’arrivée d’eau de mer, débrancher le tuyau et le plonger dans la bouteille de vinaigre, démarrer le frigo et le stopper dès que tout le vinaigre a été pompé. Le vinaigre est un acide "doux", qui va dissoudre le calcaire et les coquillages qui sont constitués de la même matière de tout le circuit, y comprit la pompe et le filtre. Le vinaigre peut rester dans le circuit plusieurs semaines sans problème.

Mais la plupart du temps, faute d’information, personne n’aura fait du préventif, et c’est le mauvais rendement du système ou les sécurités (si elles existent) qui vont alerter l’utilisateur, et il va falloir passer au curatif. Ce n’est pas compliqué, c’est un travail d’une heure maximum.

Le plus facile est de faire un circuit fermé, en utilisant une pompe auxiliaire comme une petite pompe de cale. Débrancher le tuyau d’aspiration et monter la petite pompe au bout du tuyau, la poser au fond d’un seau (en rallongeant le tuyau si nécessaire). Dériver le rejet d’eau de mer vers le seau pour constituer le circuit fermé. Remplir le seau de 50% de Corrobrill et de 50% d’eau douce, et alimenter la pompe. Laisser tourner la pompe une heure, vous verrez la couleur de la solution s’assombrir, c’est le signe que le nettoyage fonctionne. Ensuite, rebrancher les tuyaux normalement et démarrer le frigo pour rincer le circuit.

Il y a une multitude de variantes pour cette opération : on peut utiliser la pompe d’origine du système, mais il faut la débrancher du circuit d’origine et l’alimenter en direct sans faire tourner le compresseur.

On peut utiliser d’autres acides, mais je considère le Corrobrill comme un produit "de sécurité", beaucoup moins dangereux à utiliser que par exemple de l’acide muriatique. Le Corrobrill est un mélange d’acide phosphorique et de détergents, facile à stocker et utile à bien d’autres usages à bord d’un bateau.

Condenseurs "keelcooling" :

C’est en fait un condenseur qui est statique bateau à l’arrêt, et qui fonctionne bien mieux en navigation à cause du flux d’eau. Mais comme un bateau passe généralement plus de temps à l’arrêt qu’en navigation, on a quelques soucis. Ils sont quasiment tous fabriqués en cupronickel, mais dans les eaux tropicales les coquillages prolifèrent joyeusement à la surface, et on se trouve obligé de les tartiner de peintures anti-salissures pour éviter d’aller les gratter chaque semaine.

Il ne faut pas appliquer trop de peinture, car cela isole le condenseur au détriment du rendement. Surtout, éviter de sur-coucher et éliminer l’ancienne peinture lors du carénage avant d’appliquer une nouvelle protection.