Météo en Martinique
Relevé Fort de France

Le 13-12-2017 à 02:30
Pleine-lune et nuages épars
Température: 21°C
Ressenti : 21°C
Vent : 8 km/h
Direction : est sud-est
Humidité : 94%
Pression : 1013 mbar
Pression : tendance texte
Point de rosée : 20°C
Visibilité : 9 km

me:13-12 Soleil et nuages épars  30/ 22°C
je:14-12 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
ve:15-12 Soleil et nuages épars  28/ 23°C
sa:16-12 Pluie  28/ 23°C
di:17-12 Soleil et nuages épars  30/ 23°C
lu:18-12 Soleil et nuages épars  29/ 23°C
ma:19-12 Soleil et nuages épars  29/ 23°C



Dernier ajout : 13 décembre
Votre IP : 54.234.255.29
Textes____:
Conception:
Site développé sous SPIP

Réfrigération marine

Accueil du site > En pratique > Economies d’énergie

Rubrique : En pratique

__________________________________________________________________________________________________________________

Economies d’énergieVersion imprimable de cet article

Sur un bateau de plaisance, avant de penser à toutes les possibilités de production d’énergie, toujours très onéreuses, il est très intéressant de se pencher sur les manières d’économiser cette énergie si précieuse.

Un des postes le plus gourmand en énergie, au mouillage, est celui de la réfrigération.

La consommation électrique d’un réfrigérateur et celle d’un conservateur sont influencées par les critères suivants :

  • l’isolation des compartiments,
  • le volume des compartiments,
  • la conception des compartiments,
  • la température souhaitée,
  • le nombre d’ouvertures quotidiennes de ces compartiments,
  • la température de l’air en cas de condenseurs à air,
  • la température de la mer, en cas de condenseurs refroidis à l’eau.
  • très important : l’état de l’évaporateur.

Isolation :

Produire du froid est facile, le garder est moins évident. Plus l’isolation est efficace, moins la consommation sera importante. Attention aux ponts thermiques, les pires se trouvent au nivaux des accès. Si vous constatez de la condensation autour de la porte du frigo ou du conservateur, cela signifie une perte d’énergie. Ce fait est difficilement évitable pour le conservateur. Une autre possibilité de fuite importante se trouve du côté du drain qui permet d’évacuer l’eau de condensation. Ce drain doit être gardé fermé, par une vanne, un bouchon, ou un siphon, sous peine d’augmenter la consommation d’un pourcentage considérable. Il y a une expérience amusante : si le drain est ouvert, mettez la main à la sortie du drain, et vous pourrez sentir l’air froid s’échapper de votre glacière, avec deux conséquences : l’évaporateur va se couvrir de givre, ce qui diminue le rendement, et la consommation va donc augmenter, c’est à dire le budget production d’énergie.

Volume du compartiment :

Petit volume = petite consommation, plus le volume est important, plus la consommation sera importante. (En tapant cela, je me demande s’il est nécessaire de l’écrire … ) Va savoir !

Conception des compartiments :

Il y a deux options, le coffre avec ouverture sur le dessus, ou le compartiment classique avec une porte latérale.

Il est évident qu’une glacière avec ouverture sur le dessus est plus économe que la même équipée d’une porte latérale, avec un bémol : selon la "loi de Murphy" ce dont vous avez besoin … est toujours au fond !

Température :

Plus la température réglée est basse, plus la consommation sera importante. Pour un réfrigérateur, si l’on veut respecter la norme de sécurité, il n’y a pas trop de choix, la température devrait se trouver entre 4 et 6°C (39 et 43°F). Certains se contentent de 10 à 15°C (50 à 60°F), certes plus économe, mais de mon point de vue cela correspondrait à la température d’une enceinte climatisée, genre cave à vins !

Pour un conservateur, c’est un peu plus souple : -18°C (0°F) est la norme, -15°C (5°F) reste raisonnable pour une conservation de quelques semaines, -25°C (-13°F) permet de servir des crèmes glacées agréablement fermes … mais la consommation sera deux fois plus importante à –25°C qu’à –15°C.

Ouverture des portes :

On peut rester dix minutes devant le frigo à réfléchir à ce que l’on va prendre à l’intérieur, mais de préférence avec la porte fermée ! A chaque ouverture de la porte verticale, l’air frais sort du compartiment, et est remplacé par de l’air chaud et humide. Cette humidité va se retrouver sous forme de givre à la surface de l’évaporateur, ce qui l’isole de plus en plus.

Un réfrigérateur de 150 litres vide échangera 150 litres d’air. Le même archi plein échangera dix fois moins d’air. (Ne pas trop remplir, il faut que l’air puisse circuler).

Un ami frigoriste de St Martin, (Jocelyn) a eu un jour une idée lumineuse : il a demandé à des amis à bord de bateaux (avec enfants) de noter le nombre d’ouvertures quotidiennes. Il en a déduit une statistique intéressante : pour un couple avec un enfant, quarante ouvertures par jour, dont neuf sur dix pour se servir un verre d’eau fraîche !

Il a imaginé une parade efficace : prendre l’eau dans le réfrigérateur sans ouvrir celui-ci, à l’aide d’une petite pompe. Je trouve cette idée simplement géniale ! On peut utiliser une petite pompe manuelle du type de celles prévues pour les éviers, ou installer un siphon avec une petite vanne, si la forme du réfrigérateur le permet. Une pompe électrique de lave-glace pour automobile peut également faire l’affaire. Dans le réfrigérateur, une bouteille de cinq litres devrait tenir quelques heures …

Température de l’air :

La consommation électrique d’un groupe frigorifique refroidi à l’air sera fortement influencée par la température régnant dans le bateau. Si en plus le groupe est installé au fond d’un placard mal ventilé, et que l’isolation du compartiment est insuffisante, cela devient calamiteux.

Température de l’eau :

Un groupe frigorifique équipé d’un refroidissement à eau consomme, s’il est bien conçu, 50% moins d’énergie que celui refroidi à l’air. Les meilleurs résultats sont obtenus avec un condenseur à circulation. Cela suppose une prise d’eau de mer, une pompe, et un passe coque pour le rejet. Il existe des systèmes à "keelcooling", mais en eaux chaudes, ce n’est pas l’idéal pour deux raisons : les modèles commercialisés sont le plus souvent sous dimensionnés, et le cupronickel qui les compose, naturellement antisalissures en eaux froides, se couvre rapidement de coquillages en eaux chaudes. En Caraïbe, la température de l’eau est en moyenne entre 27 et 30°C (80 et 86°F). C’est très chaud, et seuls les systèmes bien conçus fonctionneront correctement. Il en existe qui fonctionnent plus mal que des modèles utilisant un condenseur refroidi à l’air sous dimensionné !

Etat de l’évaporateur :

L’ennemi, c’est le givre ! Au risque de paraître gâteux, je répète une fois de plus le principe de fonctionnement. On n’envoie pas du froid dans la glacière, on en extrait la chaleur. Dans un réfrigérateur réglé à 5°C (41°F), la surface d’un évaporateur normalement dimensionné par rapport au volume sera à environ –10°C (14°F). S’il est recouvert de givre, il est thermiquement isolé, et ne peut plus absorber la chaleur. La bonne façon d’économiser de l’énergie consiste à dégivrer tous les jours. La couche de givre sera mince, le dégivrage rapide, sans ouvrir le compartiment, la température des victuailles ne va pas varier.